jeudi 27 novembre 2014

LES FAITS DU JOUR
Une réflexion quotidienne sur l’actualité
Jeudi 27 Novembre 2014
Indicateurs américains tempérés
- La consommation des ménages a progressé de +0.2% au mois d'Octobre, vs +0.3% pour le consensus.
- Les revenus des ménages ont également progressé de +0.2% (vs +0.4% pour les prévisions).
- Les commandes de biens durables ont progressé de +0.4% en Octobre vs des attentes de -0.6%.
- Le Consumer Confidance Index de l'Université du Michigan s'est fixé à 88.8 vs 89.4 précédemment, et vs un consensus de 90.
Après les chiffres réjouissants de la revue à la hausse du PIB américain au T3-14 publiés hier, ces indicateurs moyens viennent tempérer l'optimisme.

Croissance au ralenti en Asie au T3-14
Les PIB de plusieurs pays asiatiques témoignent d'un ralentissement :
- Indonésie : croissance de +5.0%, plus bas depuis 5 ans
- Thaïlande : croissance de +0.6% inférieure aux attentes
- Philippines : croissance de +5.3% vs attentes de +6.5%
- Japon : le pays est déjà entré en récession
Comme évoqué le Mardi 25 Novembre, la baisse des taux par plusieurs banques centrales asiatiques, après la Banque du Peuple en Chine, pourrait s'accélérer.

Le plan Juncker est enfin là
Jean Claude Juncker a révélé hier la création du Fonds Européen d'Investissement Stratégique (FEIS) qui sera géré par la Banque Européenne d'Investissement sur les 3 années à venir. L'UE apporte 16 milliards de son budget et 5 milliards via la BEI, soit un total de 21 milliards. Mais ce capital ne sera pas investi, il servira simplement de garantie aux obligations qui seront émises par la BEI. Celle-ci devrait permettre de lever 63 milliards. Ce montant servira à encourager et attirer des capitaux privés, pour atteindre la somme globale de 315 milliards. 240 milliards iront aux infrastructures et 75 aux PME. 
Les keynésiens  et les socialistes sont déçus, ils s'attendaient à ce que l'UE investisse concrètement plus de 50 milliards d'euros, mais Juncker a balayé cette idée en expliquant qu'il n'en avait simplement pas les moyens. Dans une Europe atone, c'est toujours mieux que rien.

Chute du prix du baril, réunion décisive à Vienne
Réunion de l'OPEC aujourd'hui à Vienne, pour décider des nouveaux quotas de production. L'OPEC produit actuellement 30.6 millions de barils, pour stabiliser le prix du baril il faudrait couper la production de 1 à 1.5 millions de barils. Des déclarations faites hier par le ministre Saoudien du pétrole, annoncent que les pays du Golfe ont trouvé un compromis, sans expliquer ce qu'était ce compromis. Des déclarations du ministre du pétrole des UAE, laissent entendre que les pays du Golfe de baisseront pas la production. Le Brent est à 76 USD au 27/11/2014.

Après les pays, c'est au tour des banques
Après les ennuis du Nigéria commenté hier en raison de la baisse des cours du pétrole, c'est aujourd'hui au tour des banques. Barclays et Wells Fargo pourraient avoir des pertes de 850 millions de dollars sur des prêts à des entreprises du secteur pétrolier.

Décision sur le QE européen souverain au premier trimestre 2015
Vitor Constâncio, vice-président de la BCE, a annoncé que la BCE patienterait jusqu'au premier trimestre 2015 pour voir si son dernier train de mesures réussit à relever les perspectives d'inflation ou pas. La BCE achète actuellement des titres ABS et des Covered Bonds. Si l'inflation ne remonte pas, elle décidera début 2015 si elle se met à acheter des obligations d'entreprises ou de la dette souveraine. On savait que Draghi n'avait pas exclu cette option, mais il n'avait pas donné de référence temporelle. C'est désormais chose faite.

Bonne journée à vous tous.
Omar Fassal

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire