mercredi 24 décembre 2014

LES FAITS DU JOUR
L'interminable feuilleton grec
Mercredi 24 Décembre 2014

La guerre des prix est ouvertement annoncée par Ali Al-Naimi
Ali Al-Naimi, ministre saoudien du pétrole, a expliqué la stratégie de l'OPEC d'une façon plus franche que d'habitude. Il a clairement expliqué que l'Arabie Saoudite ne voulait pas perdre ses parts de marché. Le marché est certes en surcapacité, mais ce n'est pas selon lui, à l'Arabie Saoudite de réduire sa production. Avec des coûts de production entre 4-5 dollars par baril, il estime être le producteur le plus efficient, celui qui mérite de conserver sa part de marché. C'est  aux autres qui sont plus onéreux (US, Russie, Brésil, Canada) de réduire leur production. Il a annoncé que l'Arabie Saoudite ne réduira pas sa production même si le baril baissait à 20 dollars !
En face, les producteurs de pétrole de schiste américain expliquent que même les pays du Golfe, avec leurs larges réserves de devises, ne pourront pas tenir le baril à ce prix pendant longtemps. Ils ont des besoins de financement importants de leurs programmes sociaux, et la chute des recettes amènerait à des déséquilibres financiers importants. Ils estiment donc que l'Arabie Saoudite finira par plier et par réduire sa production.
La guerre des prix est décidément bien engagée. Avec ces déclarations, elle est devenue officielle ! 
(Cf. http://www.leconomiste.com/article/962735-petrole-la-guerre-des-prix-demarrepar-omar-fassal)

La baisse du pétrole devrait booster la croissance
Selon les estimations du FMI, la baisse du prix du baril devrait booster la croissance de +0.3% à +0.8%. Le pays qui devrait en profiter le plus est la Chine : de +0.2% à +0.5%. Ces prix plus bas des matières premières seront pris en compte lors de la publication des prochaines prévisions de croissance du FMI au mois d'Avril 2015.

Le rating russe menacé par S&P
L'agence de notation S&P a mis en garde la Russie contre un éventuel déclassement de son rating. Ce downgrade serait préoccupant car la note Russe est pour l'instant de BBB-, le niveau le plus bas dans la catégorie Investment Grade. Un déclassement signifierait la chute du rating russe dans la catégorie Junk Bonds, ce qui augmenterait d'avantage le cout de refinancement des entreprises russes.

L'interminable feuilleton grec
Si le 29 Décembre, le candidat Stavros Dimas n'arrive pas à rassembler 180 votes au Parlement, il ne sera pas élu à la tête du pays. Dans ce cas, une élection ouverte sera organisé début Février, et celle-ci pourrait alors amener au pouvoir le parti anti-européen "Syriza". Celui-ci a déjà annoncé qu'il rediscuterait les termes du sauvetage européen, alors que ce dernier touche à sa fin. Les marchés prennent peur. Le taux sur les obligations à 3 ans a dépassé les 10% ! Le feuilleton grec est décidément interminable.

Bonne journée à vous tous.
Omar Fassal

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire