vendredi 30 janvier 2015

L'Hebdo de l'Eco
Bonnes nouvelles en Italie et en Espagne, 
deux pays qui entreprennent des réformes
Vendredi 30 Janvier 2014



US
La FED fait toujours face à des pressions déflationnistes, dues à la baisse des matières premières, et à la faible hausse des salaires. Dans ce cadre, elle demeure patiente quant à sa future hausse des taux.
L'indice Case/Shiller des prix immobiliers américains a reculé de -0.2% au mois de Novembre. Cela amène la progression annuelle à un rythme de +4.3%. Cette progression raisonnable devrait encourager les ménages à accéder à la propriété. Les niveaux de ventes sont très encourageants. Les ventes au mois de logements au mois de Décembre sont ressorties en progression de +8.8% en année glissante, à un niveau annualisé de 481,000 logements. Ce niveau est bien supérieur aux attentes.
L'indice de confiance des ménages américains a touché un plus haut de 102.9, vs 93.1 au mois précédent, et vs des attentes de 95.1. L'indice a touché un plus haut depuis 2007, son niveau d'avant crise. Il témoigne de la confiance que placent les ménages américains dans le marché du travail, et dans la reprise économique.
Le déficit budgétaire devrait continuer de baisser en 2015, pour se fixer à 2.6% du PIB, et la hausse de la dette publique se stabilise. Les US vont-ils récupérer leur AAA ?

EUROPE
Au niveau de la zone EURO, le taux de chômage a baissé au mois de Décembre à 11.4%. L'inflation s'est enfoncée dans le rouge, en ressortant à -0.6% au mois de Janvier, vs -0.2% au mois de Décembre.
En Italie, le taux de chômage a connu sa plus forte baisse en 8 ans. Il est passé de 13.3% au mois de Novembre à 12.9% au mois de Décembre. Voilà qui devrait encourager Matteo Renzi dans ses réformes de flexibilité du travail.
En Espagne, malgré des prix qui baissent (-1.5% au mois de Janvier), la croissance est ressortie à +2% sur l'ensemble de l'année, un plus haut depuis la crise de 2008. Le cas de l'Espagne et de l'Italie devrait encourager les autres pays européens à poursuivre leurs réformes.
En Allemagne, le taux de chômage allemand reste stable à 6.5%, même si le nombre de chômeurs baisse de -9,000 à 2.84 millions de personnes. La croissance des prix à la consommation en Allemagne est passée de -0.1% au mois de Décembre à -0.5% au mois de Janvier. Le taux de chômage allemand reste stable à 6.5%, même si e nombre de chômeurs baisse de -9,000 à 2.84 millions de personnes.
En Grèce, le parti Syriza a gagné les élections, et serait en négociation pour obtenir les 2 sièges qui lui manquent pour former une majorité absolue. Le leader du parti a promis à ses électeurs une conférence pour renégocier la dette grecque, qui est sur une trajectoire intenable : 174% du PIB. L'Allemagne préfère voir la Grèce sortir de la zone euro plutôt que pratiquer de nouveaux haircuts. Le face à face s'annonce difficile.
Au Royaume-Uni, la croissance est ressortie à +0.5% sur le dernier trimestre, vs des attentes de +0.6%, et à +2.7% sur l'ensemble de l'année. Le rythme au T4 est un poil plus lent que prévu, mais il ne saurait remettre en cause la reprise solide au Royaume-Uni, et la future hausse des taux prévue par la Banque d’ Angleterre, lorsque les pressions déflationnistes auront disparu.

JAPON
La balance commerciale japonaise est déficitaire au mois de Décembre 2014, mais moins que prévue. Les exportations ont progressé de +12.9% vs des attentes de +11.2%. Les importations ont progressé de +1.9%, conformément aux attentes. Dans ce cadre, le déficit commercial sur le mois s'est allégé de -26% à -661 Milliards de Yen.
La production industrielle a progressé de +1% au mois de Décembre et de +0.3% sur l'ensemble de l'année, mais l'inflation est très inquiétante. Elle est ressortie à seulement +0.5% au mois de Décembre. L'objectif de la Banque du Japon (+2.0%) semble bien loin.
Les ventes au détail au Japon ont baissé de -0.3% au mois de Décembre 2014, vs des attentes de +0.3%. Sur l'ensemble de l'année, les ventes ont progressé de seulement +0.2%, vs des attentes de +0.9%. Le Japon est entré en récession suite à la seconde hausse de la TVA au mois d'Avril 2014.

SINGAPOUR
La Banque Centrale de Singapour fait face à une croissance qui ralentit (seulement +1.6% au T4, soit la moitié du rythme du T3), ainsi qu'à des pressions déflationnistes (baisse de l'inflation attendue dans une fourchette de -0,5% / +0,5%). Elle a donc réduit la vitesse d'appréciations autorisée du Dollar Singapourien, pour aller dans le sens d'une expansion monétaire.

PAYS EMERGENTS 
RUSSIE
S&P, l'agence de notation, a dégradé la notation souveraine russe, la faisant passer de l'univers de l'Investment Grade, à celui du High Yield. En cause, le bourbier économique de l'économie russe, et les limites atteintes par la Banque Centrale Russe pour protéger le pays des méfaits de la dépréciation du Rouble. Cela devrait compliquer une hausse notable des couts de financement des entreprises russes.

AFRIQUE DU SUD
La Banque Centrale d'Afrique du Sud garde ses taux stables, même si la croissance s'effrite. Sa prévision 2015 est passée de +2.5% à +2.2%. Elle ne procède à aucun assouplissement pour le moment, car les perspectives d'inflation sont encore élevées (+5.3% au mois de Décembre).

Bon week-end à vous tous.
Omar Fassal

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire