mercredi 13 mai 2015


LES FAITS DU JOUR
La stratégie chinoise pour soutenir les municipalités s'éclaircit
Mercredi 13 Mai 2015

La BCE augmente les liquidités d'urgence offertes aux banques grecques
Depuis que la BCE a mis fin à une exception passagère, qui permettait aux banques grecques de se refinancer auprès d'elle en utilisant des titres grecs tombés en catégorie High Yield, les banques grecques avaient recours à des liquidités d'urgence octroyées par la Banque de Grèce. Le montant total de ces liquidités est limité par la BCE, et elle vient tout juste de rehausser ce niveau. Les liquidités d’urgence offertes sont passées de 78.9 milliards d'Euros à 80 milliards. 

La stratégie chinoise pour soutenir les municipalités s'éclaircit
Nous en avions parlé à plusieurs reprises, un problème urgent en Chine est la taille colossale de la dette des municipalités. 
Pour venir en aide aux municipalités, la Banque du Peuple avait annoncé que les obligations municipales seraient dorénavant acceptées par la banque centrale comme collatéral pour le refinancement. Le but étant d'accroitre la demande des banques pour souscrire à ces titres. Les autorités annoncent une seconde mesure assez originale. 
Les municipalités sont endettées à travers des prêts en direct auprès des banques et des obligations municipales. Les autorités exigent un swap entre les prêts directs et les obligations municipales. En clair, les prêts bancaires ne seront pas remboursés ; les municipalités vont émettre de nouvelles obligations et les placer auprès des banques en échange des créances annulées. 
Cela est naturellement mauvais pour les banques : au lieu de gagner un taux d'intérêt élevé sur les emprunts, elles obtiendront à la place des obligations municipales dont le rendement maximal est limité et bien plus bas. Le but est d'alléger le coût de la dette pour les municipalités.
La première action et la seconde se rejoignent, car les banques qui obtiendront des obligations municipales au lieu de leurs créances, pourront les utiliser pour se refinancer. Les deux actions ont donc été pensées de pair, y aurait-il une troisième action à venir ?

Croissance en Allemagne en baisse sur le T1-15
La croissance allemande a baissé de 1.6% en année glissante au T4-14 à 1.1% au T1-15. En mois glissant, elle a baissé de +0.7% à +0.3%.

Croissance en France en hausse sur le T1-15
La croissance française a augmenté en trimestre glissant de +0.1% au T4-14 à +0.6% au T1-15.

Croissance en stagnation au sein de l'Eurozone sur le T1-15
La croissance au sein de la zone Euro est passée de +0.9% en année glissante au T4-14 à +1.0% au T1-15. En trimestre glissant elle est passée de +0.3% à +0.4%.

Bonne journée à vous tous.
Omar Fassal

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire